En plus des (fausses) inquiétudes au sujet du taux de dégradation de la batterie, les angoisses les plus importantes des nouveaux propriétaires de Tesla concernent l’autonomie insuffisante pour atteindre la prochaine borne de recharge.

Les véhicules à combustible liquide indiquent l’urgence relative de s’arrêter à la prochaine pompe à essence grâce à une petite lumière sur le tableau de bord. Parfois (mais pas toujours) avec le nombre de km qu’il sera possible de parcourir avant d’être obligé d’appeler une dépanneuse. Et le nombre de km en question est un chiffre approximatif basé sur le volume de carburant que la voiture pense avoir consommé. Quand le chiffre n’est pas affiché, le mode d’emploi de la voiture fait état de 50 km (ou un autre chiffre) restants. Mais la réalité est peut-être tout autre en fonction de votre style de conduite, du terrain (vallonné ou plat), la vitesse (autoroute ou départementale), et les embouteillages (qui diminue significativement l’autonomie des moteurs thermiques).

Cas d’un trajet jusqu’au prochain superchargeur

Lorsque vous êtes branché sur une borne de recharge, rentrez comme destination le prochain superchargeur vous permet de savoir l’état de charge (en anglais « state of charge » ou SoC) lors de votre arrivée. Tant que vous n’avez pas ajouté suffisamment d’électrons pour atteindre ce superchargeur, le chiffre affiché sera négatif. Et au fur et à mesure que la batterie se remplit, le chiffre devient de plus ne plus positif. Essayer de remplir au moins à 10%. En dessous, surtout si vous êtes récidiviste, il y a risque de dégradation prématurée.

Dans ce cas-ci, batterie à 7%

Si vous êtes d’un naturel anxieux, vous pouvez bien sûr remplir à 15% ou davantage. Mais plus vous en rajouterez, plus le temps de recharge s’allongera avant de partir. (Plus en s’approche du plein, plus la vitesse de recharge diminue. Cette dernière est indiquée en kW. Sur un superchargeur Tesla (version 2) elle est au maximum 150 kW (dans la vraie vie plutôt 140 kW) quand la batterie est proche de vide mais commence à ralentir à partir de 60% de remplissage.

L’affichage de l’énergie restante en arrivant à destination

Une fois en route, comment puis-je savoir si le logiciel interne dit vrai ? Que j’arriverai bien à destination avec 10% (ou 15% pour les timorés) ? Il suffit d’afficher l’écran « Énergie » qui affiche une ligne grise qui correspond à la consommation théorique et une ligne verte qui affiche la consommation réelle (la vôtre).

Au bout de la ligne verte est affichée le pourcentage de charge prévue à l’arrivée si vous continuez à conduire de la même façon. Si la ligne verte est au-dessus de la ligne grise ou superposée à celle-ci, les angoisses sont superflues. Par contre, si la ligne verte est en-dessous de la ligne grise, il suffit de ralentir pour la voir remonter et se retrouver sur ou au-dessus de la grise. Ainsi, contrairement aux voitures thermiques, l’autonomie restante est calculée et affichée de façon remarquablement précise avec un taux d’erreur maximum de 1%.

Conditions idéales: respect de vitesses limites, temperatures d’été, temps sec.
Consommation excessive: ligne verte en-dessous de la ligne grise. Pas de limitation de vitesse (ici en Allemagne)

Cas d’un trajet aller-retour au superchargeur

Tesla a également envisagé ce scénario et affiche le taux de charge prévu lors de votre retour à votre point de départ.

?

Cas d’un trajet (bien) plus long

Ici plusieurs arrêts aux superchargeurs seront nécessaires. Deux solutions. La première, vous vérifiez le taux de charge prévu en atteignant le superchargeur suivant. Et de superchargeur en superchargeur vous vous assurez de toujours atteindre le suivant avec au moins 10%. Dans la photo ci-dessous, vous voyez tous les stations de superchargeurs à proximité. Et les rectangles sur la carte au-dessus de chacune indiquent le nombre de bornes de recharge ainsi que celles occupées en temps réel (coloré en rouge).

Photo d’écran de la Tesla (au mois d’août 2019)

Mais comment naviguer sur un trajet aller-retour où il n’y a pas de superchargeur à proximité de votre destination ? Ici, une application/site Internet « Abetterrouteplanner.com » est votre sauveur. Il suffit d’entrer votre destination finale ainsi que les étapes intermédiaires pour apprendre à quelles stations de superchargeurs Tesla il est recommandé de s’arrêter.

Capture d’écran de Abetterrouteplanner.com

Que se passe-t-il quand il fait froid et il pleut ?

Dans mon expérience (toute récente), cela ne fait pas beaucoup de différence. Jusqu’à présent, je ne suis pas encore passé en-dessous de la ligne grise malgré des températures à 5° et par moments de la pluie mélangée avec de la neige. Sur l’autoroute lors d’averses, j’ai ralenti aux 110 km/h obligatoires ( L’article R413-2 du Code de la Route) ce qui a certainement aidé un peu mais de longs tronçons se sont fait à 130 toujours sans passer en dessous de la ligne grise. Aussi, je n’ai pas cherché à surchauffer l’habitacle, le maintien de l’air conditionnement réglé pour désembuer le pare brise étant bien suffisant pour ne pas grelotter. Et bien sûr, les sièges chauffants apporte un confort que je considère royal au prix de très peu d’électrons.


0 commentaire

Laisser un commentaire